Fil du temps


1949 - Pose de la première pierre... dans un bistrot parisien




La bistrot à l'angle de la rue de Parme et de la rue d'Amsterdam où a eu lieu la première réunion des créateurs du SICOB au printemps 1949
La bistrot à l'angle de la rue de Parme et de la rue d'Amsterdam où a eu lieu la première réunion des créateurs du SICOB au printemps 1949
C'est au printemps 1949, dans un anonyme bistrot parisien, à l'angle de la rue d'Amsterdam et de la rue de Parme que le SICOB fût porté sur les fonds baptismaux, même si ni le sigle ni le formalisme de la réunion n'avaient encore pris forme.
Dans ce café qui s'appelle aujourd'hui "Café La Liberté", étaient réunis les "conspirateurs", les "importateurs" opposés au "fabricants" dans la construction de ce projet de salon. Ce premier comité a réuni :

- Max HERMIEU, le plus jeune des participants et organisateur de la réunion,

- Georges VIEILLARD, conseiller à la Compagnie des Machines BULL,

- Monsieur ANNE, Président d'Honneur du Syndicat National des Installateurs en Téléphonie et Courants Faibles, patron de La Téléphonie Française,

- Monsieur ARBEY, Président du Groupement Syndical des Fabricants de Meubles de Bureau en Bois, patron des "Meubles Arbey", installés au Faubourg Saint-Antoine,

- Monsieur DUPUIS, Vice-Président de la Chambre Syndicale des Fabricants Français de Matériel de Bureau, dont le Président était Georges Vieillard. Dupuis était le patron de Ronéo qui fabriquait, en France, des meubles métalliques, des sièges de bureau et qui importait de la maison-mère, en Angleterre, des duplicateurs à stencils si répandus, que la marque est devenue un nom commun; on disait "une ronéo" pour désigner n'importe quel duplicateur: Marcel Aymé parle, quelque part de "circulaires imprimées à la ronéo" et Simone de Beauvoir, d'une "machine à ronéotyper, c'est le Robert qui le dit: la gloire, quoi !,

- Monsieur GUICHARD, Président du Syndicat National des Fabricants d'Articles de Classement à base de Papier et de Carton, et patron de la société Arianex qui fabriquait du matériel de classement, des fichiers à système et, cette nouveauté de l'époque, nec plus ultra de l'organisation, des plannings,

- Monsieur LIBER, Président d'Honneur du Syndicat des Fabricants de Meubles métalliques Industriels et Commerciaux qui fabriquait, lui aussi, des meubles en métal, des articles de classement, des plannings et qui a lancé sur le marché ces merveilleuses petites épingles à tête multicolores qui ont transformé des
générations de directeurs commerciaux en stratèges, quand ils piquaient leurs épingles sur des cartes murales, pour marquer les lieux de leurs ventes réussies, comme on marque, dans les états-majors, les villes enlevées à l'ennemi.
Par Philippe NIEUWBOURG le Dimanche 28 Février 2010

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >