Documentaire


Cols blancs et temps modernes

Le SICOB invente l’art de vivre au bureau




Entrez dans les coulisses...

Le film s’ouvre sur un court extrait du journal télévisé de 20h du 18 octobre 1966. Avec son timbre de voix inimitable, Léon Zitrone fait découvrir aux spectateurs les innovations de cette année, « le duplicateur de documents et de plans… le mille-pattes de la mise sous enveloppes… l’appareil à détruire les papiers ».
Scientifique reconnu et peut-être le journaliste qui a su le mieux démocratiser la science, Michel Chevalet survole ensuite pour le spectateur les SICOB qu’il a couvert pour les principaux journaux télévisés.
Le film enchaîne ensuite de nombreux allers-retours entre les témoins et les images d’archive. Une manière de lier mémoire et histoire. Nous découvrons comment aujourd’hui, chacun se souvient d’hier, et comment les images et les faits confortent ou contredisent cette mémoire.
Loin des grandes théories et des stratégies dites corporate, nous nous attacherons aux détails, aux anecdotes de cette vie. Certains étaient exposants, visiteurs, organisateurs ou simples observateurs, les témoins rencontrés nous raconteront leur SICOB, ce qui leur revient en mémoire plusieurs décennies après. Ces petites anecdotes qui ne formalisent pas l’histoire, mais la font revivre et lui donnent de la matière.

Suite au décès de Max Hermieu, fils de Raoul Hermieu et commissaire général du SICOB durant plusieurs décennies, le musée de l’informatique a reçu en donation de ses héritiers l’ensemble des archives du SICOB. Ces archives se composent des affiches originales de toutes les éditions du SICOB, de l’ensemble des catalogues de l’exposition, ainsi que d’un fonds photographique et documentaire de plusieurs centaines de pièces retraçant l’ensemble de cette épopée économique, sociale et industrielle.
Les archives de l’INA ont également recensé de nombreux extraits de reportages couvrant les principales époques, du milieu des années 60 à la fin des années 80. Par l’intermédiaire du musée de l’informatique, nous avons lancé un appel à témoignages et nous recueillerons les mémoires de personnes parmi lesquelles :
• Michel CHEVALET, journaliste scientifique,
• Marcel MONTAGNES, commissaire adjoint du SICOB,
• Pierre-Eric MOUNIER-KUHN, historien de l’informatique et chercheur au CNRS,
• Jacques BOUSSARD, directeur de la communication de Univac dans les années 70,
• Bernard SAVONET, Journaliste à l’Ordinateur Individuel,
• François COINTE, dessinateur de presse,
• Jean-Louis GASSEE, fondateur de Apple France,
• Gérard LOUZIER, Président de la Fédération des Equipes BULL,
• Jean-Michel BILLAULT, créateur du centre de recherche « l’Atelier » chez BNPParibas,
et bien d’autres encore…

Plus que de réduire cette histoire passionnante à sa simple chronologie, donnant tantôt la parole aux images, tantôt aux témoins, nous ferons le choix de la mise en perspective.
Au travers de l’histoire d’une simple feuille de papier, nous raconterons comment sa création, son impression, son classement et même sa destruction, ont évolué dans le temps. Nous manipulons tous au quotidien de nombreux documents. Ce dossier en est un. Mais la manière dont il a été imaginé, créé, transmis et reproduit, n’a plus rien à voir avec le processus qui lui aurait donné naissance soixante ans plus tôt.

Notre fil conducteur sera donc le document. Images et témoins nous raconteront comment les techniques, présentées dans les différentes éditions du SICOB, ont impacté la forme de l’écrit, jusqu’à cet idéal jamais atteint du zéro papier.

1 2

Par Philippe NIEUWBOURG le Jeudi 4 Mars 2010


1.Posté par Silvano Ciccioli le 16/10/2020 16:52
SICOB = Salon des industries et du commerce de bureau?

il faut aller sur un autre site pour le comprendre!

Nouveau commentaire :